Ce tour du monde, en 10 étapes, nous ouvre les yeux sur l’aptitude du vivant
à se développer dans tous les milieux, y compris les plus extrêmes.
Cette exposition n’essaie pas de recréer artificiellement des milieux naturels,
mais plutôt d’en faire sentir l’extraordinaire variété.


Tombant  © Yvan Chocoloff

© Yvan Chocoloff

Le bassin méditerranéen : un des plus importants réservoirs de biodiversité au monde

Sa grande variété d’habitats marins, mais aussi terrestres, en fait le principal hot spot de diversité biologique en Europe. Exclusivement méditerranéennes, venues de la mer Rouge ou encore de l’Atlantique, un grand nombre d’espèces cohabitent dans cette mer pratiquement fermée.

© Océanopolis Dominique Barthélémy

© Océanopolis Dominique Barthélémy

La mer rouge et ses espèces singulières

L’environnement climatique et géographique de la mer Rouge en fait un habitat bien particulier, où 20 % des espèces, dites endémiques n’existent que là.

Nudibranche et sa ponte © Laurent Bêche Imagessaime

© Laurent Bêche Imagessaime

L’île de la Réunion, laboratoire de l’évolution

Cette île, géologiquement jeune, a surgi des eaux il y a seulement 2 millions d’années. La colonisation par la faune et la flore n’y a commencé que récemment.

Acropora latistella © Nick Hobgood

© Nick Hobgood

L’archipel indo-australien : la plus forte diversité d’espèces marines

Les récifs coralliens de l’archipel, composés de milliers d’îles et îlots, sont à l’origine de ce foisonnement d’espèces. L’analyse des fossiles montre que ce foyer existe depuis 23 millions d’années !

Krill pacifique © Galatée Films Richard Herrmann

Krill pacifique © Galatée Films Richard Herrmann

Au cœur du Pacifique, un désert océanique ?

Au large, pas d’abri pour se cacher, aucun support pour se fixer, pas d’endroit où se poser et une nourriture peu fréquente, la vie se fait rare. De récentes découvertes montrent que de minuscules organismes végétaux, le picoplancton, est à la base des chaînes alimentaires d’immenses zones océaniques. Entre 3 000 et 6 000m de profondeur, les plaines abyssales constituent le plus vaste habitat de la planète ! Les scientifiques estiment à plus de 10 millions le nombre d’espèces évoluant dans cet environnement glacial, sombre et écrasé par la pression.

Anchois © IRD Arnaud Bertrand

© IRD Arnaud Bertrand

Les côtes du Pérou, eldorado des marins pêcheurs

Le long des côtes péruviennes, une zone d’une dizaine de kilomètres de large fournit 1/6 de la pêche mondiale. Comment expliquer une telle concentration de poissons ?

Poisson des glaces © Alfred-Wegener-Institut J.Gutt

© Alfred-Wegener-Institut J.Gutt

L’océan Austral, la vie dans un monde glacé

L’océan Austral couvre 10 % des eaux du globe. Inhospitalier pour l’homme, il abrite une biodiversité végétale et animale qui étonne par ses adaptations aux conditions extrêmes.

Fumeur 1 © Ifremer Victor 6000 Exomar 2005

© Ifremer Victor 6000 Exomar 2005

Au fond de l’Atlantique, des oasis dans le désert

En 1977, des sources hydrothermales sont découvertes dans le Pacifique, puis en 1985 dans l’Atlantique.

Ces véritables « oasis », abritent des écosystèmes originaux où se côtoient crevettes aveugles, vers géants, bactéries … D’autres « oasis » sont plus inattendues: les cadavres de baleines ! Chacun peut fournir jusqu’à 160 tonnes de matière organique, une belle opportunité pour le petit peuple des grands fonds !

Vers tubicoles

Sur les marges continentales, d’étranges communautés

Vaste espace entre les grands fonds et le continent, les marges continentales abritent d’étranges communautés. Certaines, ont été récemment découvertes autour d’émissions de fluides froids riches en méthane. D’autres situées autour de récifs coralliens d’eaux froides sont des écosystèmes fragiles mis en péril par la pêche profonde.

Algue © Claude Lelaminaire

© Claude Lelaminaire

La mer d’Iroise, un écrin

En mer d’Iroise, à la pointe de la Bretagne, la diversité des habitats (tombants rocheux abrupts, herbiers peu profonds, vastes champs de maërl, forest d’algues…), associée aux forts courants qui brassent les eaux, favorise le développement d’une vie sous-marine très riche.